Les Glycogénoses

Type II : Maladie de Pompe

Glycogénose Musculaire


Peut-être n’aviez-vous jusqu’à présent jamais entendu parler de la maladie de Pompe connue également sous le nom de déficit en maltase acide et glycogénose de type 2.
Mais si vous-même ou un être cher avez été diagnostiqué comme porteur de cette maladie génétique rare, vous devez savoir que vous n’êtes pas seul. Des ressources sont à votre disposition.
Cette rubrique a pour objectif de mieux vous informer sur la maladie de Pompe.


  • Résumé médical
  • Transmission
  • Signes de la maladie
  • Diagnostic
  • Traitement
  • Publications médicales et informations utiles
  • Des référents à votre écoute
Résumé médical

La glycogénose de type II (GSD II) est une maladie de surcharge lysosomale qui se traduit notamment par une atteinte des muscles squelettiques et respiratoires de gravité variable à laquelle s’associe une cardiomyopathie hypertrophique dans la forme infantile.

La forme infantile de la maladie de Pompe débute avant 3 mois : hypotonie majeure, difficultés de succion et déglutition, cardiomyopathie hypertrophique et progressivement insuffisance respiratoire. Les formes de l’adulte se traduisent par une faiblesse musculaire progressive des ceintures débutant aux membres inférieurs et une atteinte respiratoire qui peut être inaugurale. Des formes intermédiaires touchant les enfants âgés de plus de 2 ans, et les adolescents existent entre ces deux extrêmes.

La maladie est due au déficit en alpha-1,4-glucosidase acide qui hydrolyse le glycogène en unités glucose, entraînant une surcharge intra-lysosomale de glycogène. Le déficit est ubiquitaire, mais il n’est exprimé que par certains organes (cœur et/ou muscle squelettique surtout). Le gène (GAA) est localisé sur le chromosome 17q23. Quelques mutations sont plus fréquentes notamment chez les adultes où une mutation « commune » est retrouvée chez plus de 90 % des patients. La transmission est autosomique récessive.

Le diagnostic biologique repose sur la mise en évidence du déficit enzymatique (taches de sang sur papier buvard, lymphocytes, fibroblastes, biopsie de trophoblaste étudiée en direct). Dans la forme infantile, le diagnostic différentiel se fait principalement avec l’amyotrophie spinale, les cardiomyopathies hypertrophiques idiopathiques ou de cause métabolique. La maladie de Danon peut être évoquée quand le début est plus tardif. Pour les formes de l’adulte, il se fait avec les autres causes de myopathies des ceintures. La recherche des hétérozygotes est possible quand les 2 mutations ont été identifiées chez le malade.

Le diagnostic prénatal peut être réalisé soit par mesure de l’activité enzymatique dans une biopsie de trophoblaste étudiée en direct, soit par recherche des mutations identifiées chez le malade dans des cellules fœtales. Dans de très rares cas, le diagnostic prénatal être compliqué par la présence de pseudodéficits.

A côté du traitement symptomatique, une thérapie enzymatique substitutive est disponible : l’alglucosidase alfa (ou Myozyme) a obtenu en mars 2006 une autorisation de mise sur le marché européenne en tant que médicament orphelin pour le traitement des patients atteints de maladie de Pompe, enfants et adultes.

*Auteurs : Drs I. Maire et R. Froissart (juillet 2007)*.

Transmission

La maladie de Pompe est une maladie génétique à transmission autosomique récessive : lorsque les 2 parents sont porteurs du gène muté, il y a 25% de risque que l’enfant à naître hérite des 2 copies anormales du gène et développe la maladie.

Signes de la maladie

Les symptômes peuvent apparaître à tout âge, dès la naissance ou les premiers mois de vie (forme infantile) ou tardivement (forme juvénile et adulte).

Pour la forme infantile, les symptômes sont sévères et progressent rapidement. Ils se caractérisent généralement par :

  • Une faiblesse musculaire (hypotonie extrême) causant un retard dans le développement de la motricité du bébé
  • Une atteinte cardiaque : une insuffisance cardiaque et un cœur plus gros que la normale (cardiomyopathie hypertrophique)
  • Une atteinte respiratoire : des difficultés à respirer dues à une faiblesse des muscles respiratoires, et souvent accompagnées d’infections respiratoires

D’autres symptômes peuvent apparaître tels que :

  • Une macroglossie : augmentation du volume de la langue
  • Une hépatomégalie : augmentation de la taille du foie
  • Des difficultés à s’alimenter : problèmes de déglutition, de reflux …
  • Un retard de croissance
  • Une perte d’audition (à niveau variable selon le patient)

Sans traitement, le décès survient généralement avant l’âge de 1 ans.

Pour la forme tardive (chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte), la sévérité dépend de l’âge d’apparition des symptômes. Elle se différencie de la forme infantile par la quasi-absence d’atteinte cardiaque.

Elle se caractérise principalement par :

  • Une faiblesse musculaire progressive entraînant des difficultés à marcher, à monter des escaliers, à se relever d’une chaise …
  • Une insuffisance respiratoire chronique se caractérisant par un essoufflement à l’effort ou parfois tout simplement en position allongée, des difficultés à respirer la nuit, des difficultés à tousser, parfois accompagnée d’infections respiratoires.
Diagnostic

L’apparition des différents signes de la maladie évoqués précédemment permet déjà d’orienter le diagnostic vers la maladie de Pompe.

Celui-ci sera confirmé par la mesure de l’activité enzymatique de l’alpha-glucosidase acide également appelée acide maltase. Elle peut se faire, soit par analyse sanguine, soit par un test effectué en déposant une goutte de sang sur du papier buvard.

Une analyse génétique sera également effectuée. Elle permet d’identifier les mutations responsables de la maladie. Cette information est utile pour un diagnostic prénatal ou dans le cadre d’une enquête familiale.

Une biopsie musculaire ou cutanée peut être également effectuée mais elle n’est pas systématique.

Traitement

Un traitement de remplacement de l’enzyme ou enzymothérapie substitutive est disponible. Il vise à remplacer l’enzyme manquante ou déficiente par une enzyme de substitution. L’administration se fait par perfusion intraveineuse et généralement toutes les 2 semaines.

Des traitements symptomatiques peuvent être également mis en place :

  • Une assistance respiratoire
  • Une alimentation adaptée au besoin de chaque patient
  • Une prise en charge de l’atteinte cardiaque
  • Une prise en charge des troubles de l’audition
  • Un entretien de la fonction musculaire à travers différentes rééducations (la kinésithérapie, l’ergothérapie, la psychomotricité etc …)
  • Etc …

Dans tous les cas, une prise en charge multidisciplinaire est nécessaire.

Publications médicales et informations utiles
Des référents à votre écoute

Nous contacter :

Les centres de références et de compétences


Légende :

Centres de références des maladies neuromusculaires

Centres de compétences des maladies neuromusculaires

Centres de références et de compétences des maladies métaboliques

Laboratoires spécialisés référents



AFG

Le rôle de L'Association Francophone des Glycogénoses est d'être un pôle d'entraide pour toutes les personnes concernées par cette maladie et de promouvoir la recherche et l'effort médical.

© 2021 L’Association Francophone des Glycogénoses